mercredi 14 mai 2014

Liste des trois mille de Feliu Izard (1985).

Avec cette liste nous entrons dans ce qu'on peut nommer listes actuelles. Certes, elles sont, d'une manière ou d'une autre, celles qui sont en vigueur aujourd'hui. Durant les années 80 du siècle passé, l'intérêt pour les trois mille ne cesse d'augmenter. On peut estimer la chaine défrichée, et pour autant connue jusque dans ses plus petits détails. À la fin la cartographie est jugée fiable et à une échelle permettant de planifier les parcours en montagne avant de s'y rendre. Le pyrénéisme en soi subit en cette décennie un essor sans précédent, particulièrement sur le versant espagnol, se plaçant enfin au même niveau que le pyrénéisme gaulois le plus avancé. En ce temps-là, l'intention de nombreux pyrénéistes d'essayer d'atteindre tous les trois mille était tout à fait normale, ce qui semble un objectif envisageable. Ici je parle à travers ma propre expérience car j'ai vécu cette époque. Après avoir couru les Pyrénées et gravi leurs sommets un nombre d'années, un beau jour nous nous apercevions que nous avions atteint une cinquantaine ou peut-être près d'une centaine de trois milles. La question ne se posait plus longtemps : serait-il possible de les gravir tous ? Combien sont-ils ? Où trouver une liste ? Nous étions nombreux à les formuler et nombreux à envisager cet objectif.

C'est dans ce cadre, en 1985, qu'un pyrénéiste de Lérida, Feliu Izard, pour célébrer son centième trois mille, a l'idée de publier une liste de trois milles, pas dans une revue, mais sous forme d'une petite brochure. Le nombre d'exemplaires de cette première édition fut de 100, qui ont été répartis entre ceux qui avaient accompagné Feliu à son centième trois mille. Immédiatement on faisait une deuxième édition, également de 100 exemplaires, qui, aussi, fut épuisée en peu de temps. Le Centre Excursionista de Lleida, dont était membre Feliu, ayant propagé la nouvelle, on finissait par faire une troisième édition de 100 exemplaires de plus. Par conséquent les trois premières éditions de l'opuscule intitulé "Tres mils del Pirineu", sont toutes identiques et faites la même année en 1985. Ultérieurement sont publiées de nouvelles éditions jusqu'à la neuvième actuelle. Cette liste de Feliu Izard, qui a évolué sans cesse pendant ces années, est l'une des références existantes. Les membres du Club Excursionista de Lleida l'ont pour guide et c'est un but pour beaucoup d'entre eux. Il est à signaler que, quand un des membres la termine, on décide de faire une sortie collective pour l'accompagner sur son dernier trois mille. Au cours de l'ascension, on lui remet, pour en perpétuer le souvenir, un ancien piolet, ayant appartenu à Juli Soler i Santaló, et trouvé, il y a des années, lors des travaux d'aménagement du refuge de La Renclusa. Une plaquette avec le nom du finaliste est ajoutée sur le manche du piolet.

Nous terminerons en analysant cette première liste de 1985, qui compte 148 cimes de trois mille. C'est d'une grande importance, puisque beaucoup de toponymes qui sont utilisés aujourd'hui pour nommer diverses cimes de trois mille, figurent ici pour la première fois. Ils sont établis en suivant l'avis de Feliu Izard. Nous verrons dans les articles suivants la quatrième édition de 1987, pour son importance sur un certain nombre d'erreurs toponymiques qui sont d'usage courant aujourd'hui, et de la neuvième de 2006 comme la plus récente.

Couverture de la 3ème édition de la brouchure.


Nous reproduisons ci-dessous le relevé des cimes en entier, qui est par ordre altimétrique. Nous ajoutons quelques notes pour éclairer certains aspects intéressants ou qui seront très importants après leur publication.


 NOM ALT. Autres dénominations Notes
         
1 Pic d'Aneto 3404    
2 Pic dels Posets 3375 Pic de Llardana  
3 Mont Perdut 3355    
4 Punta d'en Astorg 3354    
5 Espatlla d'Aneto 3350 Pta. dels frères Cadier o Cap des 5 frères  
6 Pic Maleït 3350    
7 Pic del Mig 3345    
8 Pic de les Espases 3332 Pic de Llardaneta  
9 Cilindro de Marboré 3325    
10 Pic de Corones 3310    
11 Pic de les Tempestats 3310    
12 Pic de la Maladeta 3308    
13 La Pique Longue 3298    
14 El Clot dera Hount 3274    
15 El Soum d'en Ramond 3254 Pic d'Añisclo  
16 Pic de Marboré 3253    
17 Punta d'en Cordier 3252 Maladeta Occ. Sur 1ª  
18 Pic de la Cerbillonera 3247 Cerbillonar, Cerbillona, etc  
19 Pic de na Margalida 3241    
20 Pic Central 3235    
21 Perdiguero 3221    
22 Pic de Montferrat 3220    
23 Punta d'en Sayó 3220 Maladeta Occ. Sur 2ª (1)
24 Pic d'en Russell N 3207    
25 Punta d'en Chaussenque 3205    
26 Pic d'en Russell S 3205    
27 Le Piton Carré 3198 Les Jumeaux (2)
28 Le Pic Long 3192    
29 Punta d'en Mir 3178 Maladeta Occ. Sur 3ª (3)
30 El Dedo del Mont Perdut 3178    
31 Gran Bachimala 3177 Machimala, Pta. Schrader  
32 Punta d'en Delmàs 3170 Maladeta Occ. Sur 4ª (4)
33 Pic Or. de la Cascada 3161    
34 Pic Badet 3160    
35 El Gemelo Sur 3160   (5)
36 Pic de Campvielh 3157    
37 Pic de Lentilha 3156    
38 Pic de Lliterola 3152    
39 Pic de Tapou 3150    
40 Pic d'en Le Bondidier 3150    
41 Pic de Marmuré 3145 Bat-laitouse, Balaitus, Pico Moros (6)
42 Pic del Taillón 3144    
43 Punta del Sabre 3143    
44 Pica d'Estats 3143    
45 Dents d'Alba 3136    
46 Pic de la Munia 3134    
47 Pic dels Gorgs Blancs 3131    
48 El Gemelo Nord 3125   (7)
49 Punta d'en Mossèn Cinto 3125 Punta N.Oest o Pic Occ. de la Pica (8)
50 Pta. dels Pavots 3121 Tucon Royo  
51 Pic Roio 3121    
52 Pta. d'en Ledourmeur 3120    
53 Pic d'Alba 3118    
54 Pic Or. dels Crabiolès 3116    
55 Pta d'en Gabarró 3115 Pta. S.Est o Pic Or. de la Pica (9)
56 Seilh dera Vaca 3114    
57 El Malhpas 3109    
58 Pta. d'en Lourde-Rocheblave 3107    
59 Pic d'en Brulle 3106 Pic Central de la Cascada  
60 Pic dera Vaca 3106    
61 Pic Occ. dels Crabiolès 3106    
62 Cap dera Vaca 3097    
63 La petita Munia 3096    
64 Pic Occ. de la Cascada 3095    
65 Pic de Neuvielh 3092 Pic d'Aubert  
66 Pico del Infierno 3091 Gran Pico de la Quijada de Pondiellos  
67 Sierra Morena 3090    
68 Pic d'en Lezat 3090    
69 Pic de Troumouse 3085    
70 Dent de Llardana 3085    
71 Montcalm 3080    
72 Pic de Bardamina 3079    
73 Pic Occ. del Infierno 3076    
74 Pic d'en Jean Arlaud 3074 Pic d'Oo  
75 Pic Maou 3074    
76 La Espalda de Marboré 3073    
77 Pic de Sotllo 3073    
78 Gran Pic d'Astazou 3071    
79 El Garmo Negro 3070 es el apropiado "Pico Bandera" (10)
80 Pico de las Frondellas 3069    
81 Pic Maubic 3069    
82 Pta. Ctal. Frondellas 3068    
83 Pic de Vallhiverna 3067    
84 Pta. d'en Franqueville 3065    
85 Pic dels Spijoles 3065    
86 Pic de les Colobres 3062    
87 Petit Bachimala 3060    
88 Pico Or. del Infierno 3056    
89 Gran Pic de Bagüenyola 3053 Eriste ctal., Leners  
90 Pta. d'en Cikhacev 3052    
91 Torra d'en Costerillou 3049 Torre dels germans Cadier  
92 Pico de la Argualas 3046 Arollas, no hauria de ser el "Pic Bandera" (11)
93 Eriste Sud 3045 Bagüenyola Sud  
94 Pic del Portillò d'Oô 3044    
95 Pta. d'en Camboue 3043    
96 Pta. Sans Nom 3040   (12)
97 Pic des Trois Conseillers 3039    
98 Pic d'Aragüells 3037    
99 Pta. de l'Abeille 3036    
100 Pic de Culfreda sud 3035 Batouas sud  
101 Pta. d'en Argarot 3035    
102 Turon de Neuvielh 3035    
103 Pta. Haurillon 3035 Pta. Or. cresta Cregüenya (13)
104 Gran Quayrat 3034    
105 Pic Occ. de Gabietu 3034    
106 Pic d'en Gourdon 3034 Pic Noir  
107 Pic de Comaloforno 3033 Montado de Caldes  
108 El petit Vinhamala 3032    
109 Pic de Culfreda nord 3032 Batouas nord  
110 Pic de Bugarret 3031    
111 Pic Or. de Gabietu 3031    
112 Pico de Algas 3030    
113 Besiberri Sud 3030    
114 Pic de Clarabide 3028    
115 Pic de Lustou 3026 Pic d'Estiouere o du Tour (14)
116 Pic d'en Beraldi 3025 Bagüenyola o Eriste Nord  
117 Pta. d'en Heredia 3024 Pico Anónimo (15)
118 Pta. de la Pez 3024    
119 Agulla d'en Ussel 3022    
120 Pta. d'en Heïd 3022    
121 Pala Carbonouse 3021    
122 Dent d'Estibere Male 3017    
123 Agulla de Pondiellos 3015    
124 Pta. Juncadella 3015 Pta. Central Cresta Cregüenya (16)
125 Besiberri Nord 3014    
126 Pta. Alta de la Comaslesbienes 3014    
127 Petit Pic d'Astazou 3012    
128 Pta. de Ramougn 3011 Turon Petit  
129 Pic de Gias 3011    
130 Tuc de les Mulleres 3010    
131 El Diente Royo 3010    
132 La Torre de Marboré 3009    
133 Pic de Turets 3007 La Forqueta  
134 Pic de Robinhera 3007 Louseras  
135 El Corral Ciego 3006 Casque de Marboré  
136 Pta. Occ. de las Frondellas 3006    
137 La Gran Faixa 3006    
138 Pic Nord de Pondiellos 3006 Arnales Nord (17)
139 Pic d'Estaranha 3006    
140 Pta. d'en Belloc 3006    
141 Ag. de Cregüenya 3005 Pta. Occ. Cresta Cregüenya (18)
142 Pic Rodó de Canalbona 3004    
143 Pic del Boum 3004    
144 Pta. d'en Saint-Saud 3003    
145 El Doble Ressalt 3003 Besiberri Central  
146 Pta. d'en Celestin Passet 3002    
148 Pic de Pondiellos 3001 Arnales Sud (19)


(1) Le toponyme est donné par Feliu. Il s'agit de José Sayó Pedrón "Pepe, el de Llausia", guide de Benasque décédé en 1916 avec son client Adolf Blass, foudroyés sur le Pont de Mahomet. Jusqu'à ce baptême, la cime était le Deuxième Pic Occidental de la Maladeta.

(2) Pierre La Boulinière citait déjà en 1805 "les sommités jumelles" pour décrire l'ensemble du Vignemale vu des Oulettes. Le surnom "Les Jumeaux" est utilisé sur des cartes postales françaises au début du XXème siècle (Carte Postale BR. Bloc Frères, editeurs à Bordeaux). Également cité par Lluis Estasén en 1922. Figure dans le guide de Robert Ollivier "Pyrénées Centrales. Cauterets, Vignemale, Gavarnie, Cañons Espagnols".

(3) Jadis connu comme Troisième Pic Occidental de la Maladeta. Également baptisé par Feliu en souvenir de José Mir, un des premiers guides de Benasque. Précisément, à côté de José Sayó, il accompagnait Ramiro Busquets lors de son ascension à la Maladeta en 1902.

(4) Baptême aussi de Feliu. José Delmás "Jotas" fut un autre des premiers guides de Benasque. Il était le chef du groupe qui alla récupérer les corps de Sayó et Blass. Il accompagna également le groupe de Lluis Estasen lors de la première ascension hivernale espagnole de l'Aneto le 12 avril 1922.

(5) Jumeaux Sud, suivant la nomenclature utilisée par Arlaud en 1927 et déjà utilisée aussi par Salvador Morales et Salvador Acaso : Les Jumeaux pour les pics au Nord de la brêche Carrive.

(6) Marmuré est le nom préféré des frères Cadier pour nommer le Balaïtous. Aussi utilisé par les membres du Club Alpino Peñalara, Zaballa et Bernardo de Quirós. Nous avons déjà vu que Pic Moros est une dénomination impropre pour cette cime.

(7) Le même que note (5). Ici le Jumeau Nord.

(8) Baptisé par Feliu Izard en honneur à Mosén "Cinto" Verdaguer pour le centenaire de son ascension à la Pique d'Estats. Auparavant ce sommet est connu comme la Pointe Occidentale de la Pique. La proposition de dédier une cime à Mosén Cinto existait depuis longtemps, quand le poète valencien Vicenç Venceslau i Querol proposa au chanoine Collell de donner le nom de l'auteur de "Canigó" à une cime pyrénéenne innommée. Celui-ci note la proposition dans "La veu de Montserrat" le 1 mai 1886.

(9) Également baptême de Feliu. Ici en souvenir du médecin Pere Gabarró i Garcia, qui, en 1932 parvient à faire la première ascension en solitaire de la crête orientale de la Pique d'Estats. Mais cette crête avait été gravie en différentes occasions : en 1871 par des officiers espagnols qui choisirent ce lieu comme point géodésique ; en 1883 par Maurice Gourdon et Radiscoulier. En France, à ces dates-là, on nommait cette proéminence Pic du Drapeau Espagnol, faisant référence à celui mis par les géodésiens sur la tourelle.

(10) Le Garmo Negro ne peut pas être le Pic Bandera, car son sommet n'est pas visible depuis le Balneario. En plus, il existe le témoignage d'Arlaud, qui, le 14 juillet 1921, trouve au sommet de l'Argualas un drapeau espagnol, rongé par le temps, hissé sur un poteau, au lieu le plus visible depuis Panticosa.

(11) Justement c'est le vrai Pic Bandera, voir note (10).

(12) C'est la cote intermédiaire entre le Pic Abeillé et le Petit Bachimale.

(13) Nom mis aussi par Feliu. Ici en souvenir de la prétendue (et pas certaine) première ascension de la Crête de Cregüeña par Emili Juncadella et le guide de Luchon Jean Haurillon en août 1910.

(14) Les deux noms, de Thou (et pas Tour) et d'Estiouerre furent utilisés respectivement par Peytier en 1826 et par Vincent de Chausenque dans son œuvre de 1854.

(15) Nom aussi mis par Feliu, à cette occasion, en souvenir de Vicente de Heredia, officiel topographe espagnol qui travailla conjointement avec Junker dans la première délimitation entre les royaumes de France et d'Espagne.

(16) Également baptême de Feliu, voir note (13). Mais remarquer que le nom d'Aiguille Juncadella s'applique à l'Aiguille Centrale de la crête. La cote signalée 3015m, correspond avec celle de la première Aiguille (la plus occidentale et proche du col de Cregüeña) sur la carte d'Editorial Alpina Maladeta-Aneto de 1980 (la carte est erronée). Cette erreur est à la base d'un bouleversement des noms.

(17) Ce pic est l'Arnales. On met ici Nord pour le discerner du Sud, aussi nommé. Feliu Izard nous indique que le toponyme Pondiellos fut pris d'une carte-esquisse de Javi Malo, Panticosa-Piedrafita C-7. Javi s'était basé sur les feuilles de la Carte Topographique Nationale de l'Espagne pour connaître ce toponyme.

(18) Un autre nom mis par Feliu, ici pour le nom de la crête en entier (Cregüeña). Feliu signale que c'est la plus occidentale et d'autant la plus proche du col de Cregüeña. Mais la cote signalée, 3005m, est l'aiguille centrale dans la carte Alpina Maladeta-Aneto de 1980. Voir note (16).

(19) C'est l'Arnales Sud. Voir note (17).

Détail de la carte d'Editorial Alpina Maladeta-Aneto de 1980, avec les cotes erronées qui signalent les Aiguilles de la crête de Cregüeña. Cause du bouleversement futur des noms de ces aiguilles.


En outre dans la brochure sont insérées des tables avec un classement des cimes. Feliu Izard effectue une division en douze massifs : Estats, Besiberris, Maladetes, Oô, Posets, Bachimala, Neuvielh, La Munia, Ordesa, Vinhamala-Pique Longue, La Quijada de Pondiellos et Bat-Laitouse. Dedans, les sommets sont classés en quatre catégories : Pics Principaux, Pics Secondaires, Pics Satellites et Avant-cimes.

Page montrant le classement fait par Feliu Izard.


FTer

2 commentaires:

Gérard Cayez a dit…

Bonsoir,

En ce qui concerne les Jumeaux du Piton carré (2), j'ai retrouvé (sur internet) cette vieille carte postale http://gerard-cayez.ouvaton.org/Scans/Vignemale-Jumeaux.jpg (B.R. = Bloc Frères, éditeur à Bordeaux) de la 1° moitié du XX° siècle, plus ancienne donc que le guide Ollivier (1953).

Cordialement
Gérard Cayez

FTer a dit…

Merci beaucoup, Gérard.

Oui, j'ai trouvé, après publication, une autre cite des Jumeaux du Vignemale plus ancienne que le Guide Ollivier :

ESTASÉN, Lluis. "Del Balaïtous a les Tres Sorores (Mont Perdut) (Excursions per les valls de Tena, Gavarnie i Broto) (acabament)". Butlletíi del Centre Excursionista de Catalunya nº329 any XXXII, jun-1922, p.159

et il-y-a dans le même Butlletí une photo similaire à la carte postale : Lámina XLII

Il ne reste cependant pas clair lesquels sont les deux Jumeaux : les deux pointes du Piton Carré ou celui-ci avec la Pointe Chausenque. Que j'aimerais de retrouver un texte...

Un saludo.